+33 6 20 14 08 77
+33 6 20 14 08 77

Méthode Wim Hof et Futura Science – Une réponse en 7 points

Presse

Méthode Wim Hof et Futura Science – Une réponse en 7 points

Par Leonardo Pelagotti et Sébastien Zappa

Avec supervision de M. Schlachet D.O., Directeur du CFPCO

Nous avons récemment dû répondre à un article sommaire et imprécis qui parle de la méthode Wim Hof pour éviter de la fausse information sur ce qu'est la méthode Wim Hof et ses fondements.

Vous pouvez trouver l’article ici : https://www.inspire-potential.com/blog/articles/des-idees-recues-sur-la-methode-wim-hof-reponse-a-l-avis-de-loris-vitry-sur-la-methode-wim-hof

 

Aujourd’hui nous nous retrouvons à devoir répondre à un autre article sommaire et erroné, écrit cette fois-ci par Futura Science, qui parle de la Méthode Wim Hof en se basant sur une mauvaise connaissance de celle-ci et qui ne cite même pas la littérature scientifique existant à ce sujet (1).

 

Ce qui est sûr, c’est que la méthode Wim Hof gagne en popularité et de plus en plus en parlent sans prendre le temps de la connaître.

Veulent-ils juste profiter de cette popularité ?

Tout le monde est le bienvenu pour donner son avis sur la Méthode Wim Hof mais notre conseil pour cela est simple : demander l’avis des experts et des instructeurs qui connaissent la méthode avant d’écrire un article qui en parle.

Se demander si la Méthode Wim Hof est basée sur la science est une question légitime et revient en fait à se demander si cette pratique est validée scientifiquement.

En d’autres termes, cela revient à se demander si les bénéfices décrits par les pratiquants sont d’ordre psychologiques ou physiologiques.

L’article de Futura Science n’y répond que par des imprécisions et des lacunes. Nous allons tenter de répondre à certains points précis de l’article de Futura (qui n’a d’ailleurs pas d’auteur[e] identifié[e]…) pour clarifier certaines fausses informations et approximations.

1. L’article commence en indiquant que « Si le sexagénaire peut passer plusieurs heures dans des baignoires remplies de glaçons ou à méditer en short dans la neige, on peut légitiment se demander si de telles pratiques ne sont pas dangereuses pour la santé. »

Cette interrogation est certes légitime mais elle insinue que la pratique de la Méthode Wim Hof consiste à pratiquer ce type d’exercices extrêmes. Or, on ne demande pas de copier les entrainements de Wim Hof mais de pratiquer la Méthode Wim Hof. Cela est une confusion assez commune de confondre les exploits de Wim et la pratique de la Méthode Wim Hof, qui est adaptée au plus grand nombre.

2. L’exposition au froid a une histoire bien longue dans les différents peuples et cultures et n’est pas pratiquée par les seuls sportifs  (traditions scandinaves, Yoga traditionnel ou Tibétain, etc...).

L’exposition au froid peut être une pratique ouverte et familiale, où les plus jeunes et les anciens pratiquent ensemble à leur gré et sans forcer entre chaud et froid SANS FORCER je répète. Vous trouvez même des études scientifiques à ce sujet ici (2, 5).

3. Futura Science décrit à juste titre, quoique rapidement, l’intérêt de l’exposition au froid dans le domaine sportif.

On peut également citer aussi les bienfaits sur les globules blancs, la longévité et la gestion de la douleur (3, 4, 6, 19).

4. La technique de respiration comprend une première phase avec des respirations profondes et continues, assimilable à une hyperventilation contrôlée, puis une apnée aux poumons (semi)vides suivie par une courte apnée poumons pleins.

Dans l’article de Futura Science, nous trouvons écrit que la phase de respiration est suivie par une apnée poumons pleins, puis vides. Une telle erreur signifie ne jamais avoir pratiqué cette technique respiratoire et encore moins savoir de quoi on parle.

Par la suite, on parle du syndrome d’hyperventilation comme un problème chronique.

Dans la respiration Wim Hof, on alterne des phases d’hypocapnie (phase respiratoire d’hyperventilation volontaire, contrôlée et courte) avec des phases en hypoxie et puis même en hypercapnie pendant l’apnée dans sa dernière partie.

Dire que cela est une hyperventilation, et faire entendre que c’est subie et involontaire est incorrect et superficiel.

5. Concernant la respiration, il existe des articles traitant spécifiquement des changements physiologiques induits par la technique respiratoire de la Méthode Wim Hof (7, 8, 9, 10, 11, 12).

La découverte principale est que cette technique permet d’influencer son système nerveux autonome et la réponse immunitaire.

De plus, la Méthode Wim Hof fait la part belle à des périodes d’exercices en apnée.

Les changements physiologiques lors d’un tel effort ont été décrit lors de travaux récompensés par le Prix Nobel de Médecine 2019 (20).

Par ailleurs, il existe des articles ayant pour sujet des techniques respiratoires différentes mais voisines, tels que sur les bienfaits du « deep breathing » en 2017 (13), les bienfaits d’une respiration consciente (14) ou encore l’article sur l’hypoxie intermittente (17).

Puisque que Futura Science insiste sur l’hyperventilation, en disant qu’aucune étude n’indique de bienfaits, on citera que l’hyperventilation semble associée à l’augmentation de globule blancs (15) et qu’elle peut être utilisée dans le cadre de performance physique lors de l’effort (16).

Vous voyez : la liste est déjà longue, et nous ne prétendons pas qu’elle est exhaustive.

Les auteurs de Futura Science ne semblent pas avoir fait beaucoup de recherche dans ce sens.

6. L’hyperventilation n’est pas une maladie chronique ou aigue (on devrait alors parler de spasmophilie), mais on définit l’hyperventilation comme une augmentation de la ventilation alvéolaire et une baisse de la concentration de CO2.

L’hyperventilation volontaire et contrôlée fait elle-même partie d’une série d’exercices du Pranayama et Yoga (comme la technique Bhastrika par exemple, suivie elle par une apnée poumons pleins et Bhanda Traya, où l’objectif est l’action sur le CO2) ou encore comme le font l’hypoventilation (respiration réduite et minimale) ou les apnées (Kumbhaka dans le Pranayama souvent aux poumons pleins et avec des Bandas).

Encore, en nature le rôle de l’hyperventilation est même existant spontanément par exemple dans la femme enceinte pour améliorer la transmission d’oxygène au fœtus, ou encore en montagne pour s’adapter immédiatement au changement de pression d’oxygène dans l’air inspiré et éviter une hypoxémie en facilitant la cascade d’oxygène vers les tissus et cerveau.

Affirmer que l’hyperventilation est une maladie c’est faire confusion entre une hyperventilation non contrôlée et symptomatologique et un exercice de respiration ! C’est vraiment une question de dose et de contrôle.   

7. L’article conclu ainsi : « Enfin, la méditation et la pleine conscience sont le dernier pilier de la méthode Wim Hof ».

La méditation et la pleine conscience ne sont pas le dernier pilier de la méthode Wim Hof.

Le troisième pilier est la force du mental. La méditation peut en faire partie, et la pleine conscience est une technique spécifique de méditation.

Ils en existent plusieurs d’ailleurs (comme le Vipassana, la méditation Zen, etc..) . Mais surtout, pourquoi ne pas citer l’article spécifique à la Méthode Wim Hof de 2018 (18) quand on parle du troisième pilier de la méthode Wim Hof et de la force du mental ?

L’auteur ne le connait pas probablement.

Pour information, cette étude a montré que la pratique assidue de la méthode Méthode Wim Hof permettait un contrôle de la température corporelle, associé notamment à un changement profond d’activité cérébrale.


Conclusions

Nous espérons avoir convaincu l’auteur[e] de l’article de Futura Science que la Méthode Wim Hof fait l’objet de données scientifiques.

Certes, elle n’est pas « validée scientifiquement à 100% ».

D’ailleurs, il sera très compliqué de tout expliquer car il faut étudier l’impact de chaque pilier un par un, puis en combinaison etc…

Ceci étant dit, il apparaît que les études spécifiquement sur la Méthode Wim Hof commencent à s’accumuler.

De plus, des études sur des approches voisines permettent de spéculer et de tenter de comprendre ce qu’il se passe lorsque nous pratiquons.

Ainsi, certes les études manquent encore, certes les échantillons étudiés sont restreints, certes on est obligé de spéculer à partir d’études de pratiques voisines. Mais nous espérons avoir montré que, sans prétendre apporter de preuves absolues, il y a bien un faisceau d’indices qui va en faveur de la Méthode Wim Hof comme une pratique « basée sur la science », pour reprendre le titre de l’article de Futura Science.

Il existe 6 articles scientifiques traitant spécifiquement de la Méthode Wim Hof.

Ces articles ont été publiés dans des revues à comité de lecture, dont un dans les prestigieux PNAS.

À notre humble avis, lorsque l’on prétend vouloir présenter la Méthode Wim Hof sous l’angle de la science, ces articles devraient être le point de départ de l’enquête...

Or, ils ne sont même pas cités... Erreur incompréhensible.

Certes, la vulgarisation scientifique n’est pas toujours chose aisée, mais un peu de rigueur ne fait jamais de mal.


En tant qu’instructeurs certifiés de la Méthode Wim Hof, nous sommes toujours très contents quand le monde de la science s’intéresse à la Méthode Wim Hof. Donc, c’est très joyeusement que nous avons découvert que Futura Science avait consacré un article à cette méthode.

Hélas, c’est au final une déception car cela ressemble trop à du travail bâclé.

 

Les avertissements sur les risques ne nous choquent pas. Les instructeurs sont censés les rappeler à chaque nouveau pratiquant et adapter la pratique à chaque pratiquant.

Il aurait été cependant utile de dire que l’apprentissage et la pratique de la Méthode Wim Hof se fait graduellement, avec prudence et en écoutant son corps afin d’explorer l’inconfort sans se mettre en danger… et surtout accompagné par ces instructeurs certifiés !

 

Ce qui est sûr c’est que la méthode Wim Hof est une méthode complète et efficace et qui ne doit pas être pratiquée sans un instructeur qui puisse expliquer les techniques et éléments de base.

On doit donc rester vigilant en se formant sur internet car on peut y trouver tout et son contraire, et aussi de la fausse information. L’article de Futura Science n’est qu’un exemple éclatant et même pour une revue scientifique cela peut arriver.

 

Si vous voulez approfondir le sujet vous pouvez voir les articles scientifiques de la méthode Wim Hof ici : https://www.wimhofmethod.com/science

 

Vous pouvez aussi écouter les vidéos fascinantes du Dr. Pierre Capel et PhD Rhonda Patrick qui en parlent ici :

Dr. Pierre Capel on the Power of the Mind & the Science of Wim Hof

Articles et références

1. https://www.wimhofmethod.com/science

 

2. Dugué B, Leppänen E. Adaptation related to cytokines in man: effects of regular swimming in ice-cold water. Clin Physiol. 2000;20(2):114‐121. doi:10.1046/j.1365-2281.2000.00235.x

 

3. Peake JM, Roberts LA, Figueiredo VC, et al. The effects of cold water immersion and active recovery on inflammation and cell stress responses in human skeletal muscle after resistance exercise. J Physiol. 2017;595(3):695‐711. doi:10.1113/JP272881

 

4. Epel ES, Lithgow GJ. Stress biology and aging mechanisms: toward understanding the deep connection between adaptation to stress and longevity. J Gerontol A Biol Sci Med Sci. 2014;69 Suppl 1(Suppl 1):S10‐S16. doi:10.1093/gerona/glu055

 

5. Buijze GA, Sierevelt IN, van der Heijden BC, Dijkgraaf MG, Frings-Dresen MH. The Effect of Cold Showering on Health and Work: A Randomized Controlled Trial [published correction appears in PLoS One. 2018 Aug 2;13(8):e0201978]. PLoS One. 2016;11(9):e0161749. Published 2016 Sep 15. doi:10.1371/journal.pone.0161749

 

6. Gagnon DD, Gagnon SS, Rintamäki H, et al. The effects of cold exposure on leukocytes, hormones and cytokines during acute exercise in humans. PLoS One. 2014;9(10):e110774. Published 2014 Oct 22. doi:10.1371/journal.pone.0110774

 

7. Study: Blood tests during meditation and breathing exercises Feinstein Institute 2007

 

8. Kox M, Stoffels M, Smeekens SP, et al. The influence of concentration/meditation on autonomic nervous system activity and the innate immune response: a case study. Psychosom Med. 2012;74(5):489‐494. doi:10.1097/PSY.0b013e3182583c6d

 

9. Kox M, van Eijk LT, Zwaag J, et al. Voluntary activation of the sympathetic nervous system and attenuation of the innate immune response in humans. Proc Natl Acad Sci U S A. 2014;111(20):7379‐7384. doi:10.1073/pnas.1322174111

 

10. van Middendorp H, Kox M, Pickkers P, Evers AW. The role of outcome expectancies for a training program consisting of meditation, breathing exercises, and cold exposure on the response to endotoxin administration: a proof-of-principle study. Clin Rheumatol. 2016;35(4):1081‐1085. doi:10.1007/s10067-015-3009-8

 

11. Buijze GA, De Jong HMY, Kox M, et al. An add-on training program involving breathing exercises, cold exposure, and meditation attenuates inflammation and disease activity in axial spondyloarthritis - A proof of concept trial. PLoS One. 2019;14(12):e0225749. Published 2019 Dec 2. doi:10.1371/journal.pone.0225749

 

12. Zwaag J, Ter Horst R, Blaženović I, et al. Involvement of Lactate and Pyruvate in the Anti-Inflammatory Effects Exerted by Voluntary Activation of the Sympathetic Nervous System. Metabolites. 2020;10(4):E148. Published 2020 Apr 10. doi:10.3390/metabo10040148

 

13. Ma X, Yue ZQ, Gong ZQ, et al. The Effect of Diaphragmatic Breathing on Attention, Negative Affect and Stress in Healthy Adults. Front Psychol. 2017;8:874. Published 2017 Jun 6. doi:10.3389/fpsyg.2017.00874

 

 

14. Melnychuk MC, Dockree PM, O'Connell RG, Murphy PR, Balsters JH, Robertson IH. Coupling of respiration and attention via the locus coeruleus: Effects of meditation and pranayama. Psychophysiology. 2018;55(9):e13091. doi:10.1111/psyp.13091

 

 

15. Stäubli M, Vogel F, Bärtsch P, Flückiger G, Ziegler WH. Hyperventilation-induced changes of blood cell counts depend on hypocapnia. Eur J Appl Physiol Occup Physiol. 1994;69(5):402‐407. doi:10.1007/BF00865403

 

 

16.Sakamoto, Akihiro1; Naito, Hisashi1; Chow, Chin Moi2 Hyperventilation-Aided Recovery for Extra Repetitions on Bench Press and Leg Press, Journal of Strength and Conditioning Research: May 2020 - Volume 34 - Issue 5 - p 1274-1284

doi: 10.1519/JSC.0000000000003506

 

17. Navarrete-Opazo A, Mitchell GS. Therapeutic potential of intermittent hypoxia: a matter of dose. Am J Physiol Regul Integr Comp Physiol. 2014;307(10):R1181‐R1197. doi:10.1152/ajpregu.00208.2014

 

18. Muzik O, Reilly KT, Diwadkar VA. "Brain over body"-A study on the willful regulation of autonomic function during cold exposure. Neuroimage. 2018;172:632‐641. doi:10.1016/j.neuroimage.2018.01.067

 

19. Leppäluoto J, Westerlund T, Huttunen P, et al. Effects of long-term whole-body cold exposures on plasma concentrations of ACTH, beta-endorphin, cortisol, catecholamines and cytokines in healthy females. Scand J Clin Lab Invest. 2008;68(2):145‐153. doi:10.1080/00365510701516350

 

20. https://www.nobelprize.org/prizes/medicine/2019/advanced-information/


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.