+33 6 20 14 08 77
+33 6 20 14 08 77

La Science

Croissance optimale en utilisant la Variabilité de la Fréquence Cardiaque comme indicateur de performances

"Vous n'avez qu'un seul muscle"

Les humains sont des systèmes complexes et intégrés - ils sont un seul muscle. En d'autres termes, le cœur est important et le cerveau aussi. L'information passe du cerveau au cœur et vice versa.

Commençons par là.

L’analyse sur l'intégration du cœur et du cerveau remonte au moins à Darwin. En 1872, Darwin a commenté la façon dont le cerveau affecte le cœur et le cœur affecte le cerveau à travers ce que l'on appelle maintenant le Nerf Vague.

Si nous avions un seul point de données pour quantifier la santé, j'en prendrais un qui quantifie cette connexion cœur-cerveau.

Pourquoi? Parce que la régulation du système nerveux est importante. Dans un endroit idéal entre le surentraînement et le sous-entraînement se trouve un chemin de croissance optimal. La santé du système nerveux nous aide à trouver cet endroit. Et ces concepts ne s'appliquent pas seulement aux athlètes. Les performants cognitifs peuvent bénéficier de ce même langage puisqu'ils sont vraiment que des athlètes intellectuels.

Nassim Taleb a popularisé le terme «antifragile» en réponse à une lacune perçue dans le vocabulaire. Il se demandait quel était le contraire de fragile - et il a trouvé que le meilleur terme que nous avons était «résilient».

La résilience est un élément important en psychologie clinique. Mais certains systèmes naissent du désordre. Les muscles, par exemple, à travers le processus de «supercompensation», non seulement traitent des événements de stress élevés, mais deviennent plus forts par la suite. Le terme «antifragile» s'applique à la classe de systèmes qui dépassent la ligne de base après des événements de stress. C’est aussi le concept d’adaptation par l’Hormèse.

Donc, pour calibrer une trajectoire de croissance optimale, nous avons besoin d'un moyen de quantifier le système nerveux comme mesure de l'antifragilité.

C'est là qu'intervient la variabilité de la fréquence cardiaque (HRV)!

Le HRV est une mesure des changements de rythme de la fréquence cardiaque. Nous pensons généralement que la fréquence cardiaque est constante, car nous utilisons des termes comme les battements par minute et la fréquence cardiaque maximale. Mais cela est trompeur. Le temps entre les battements cardiaques varie assez radicalement en fonction de la fonction du système nerveux.

Revenons au nerf vague - la connexion cerveau / cœur observée par Darwin. Il s'agit du nerf le plus long du système nerveux autonome, avec deux branches primaires.

Une branche est le système nerveux sympathique ou notre réponse au stress combat/fuite. L'autre est le système nerveux parasympathique, ou notre système de repos et de digestion.

Ces deux systèmes se « neutralisent » généralement et fonctionnent généralement en excitant ou en inhibant une partie ou l’autre du système nerveux autonome. Pour revenir à l’équilibre par la loi de l’homéostasie.

Étant donné que l'un des rôles du système nerveux autonome est d'influencer le cœur, la HRV nous donne un moyen de quantifier le système nerveux autonome. Lorsque nous inspirons, nous activons la branche sympathique et la fréquence cardiaque augmente. Lorsque nous expirons, nous activons la branche parasympathique et la fréquence cardiaque diminue.

C'est pourquoi la respiration est un incontournable des traditions de pleine conscience: elle nous aide à réguler le système nerveux en temps réel.

Pour commencer à jouer avec la HRV, vous pouvez attacher un capteur à un méditant chevronné. Vous le faites méditer pendant que vous regardiez sa HRV augmenter, signe d'une intégration entre la fonction sympathique et la fonction parasympathique (le système nerveux autonome est en équilibre). Pour tester cela, poussez devant lui une mauvaise nouvelle. Sa HRV va chuter. Il est soudain devenu sympathique dominant. Le système nerveux, agissant en temps réel.

Certains prétendent que la HRV est le meilleur marqueur unique de la maladie parce qu'un faible HRV (c'est-à-dire peu de variance battement à battement de la fréquence cardiaque) est le principal indicateur de décès ou de maladie toutes causes confondues. Oui, c'est aussi sombre que cela puisse paraître. Par exemple, lorsque nous sommes malades (grippe, maladie saisonnière etc..), notre HRV chute brusquement et de manière significative.

Mais si nous inversons cette équation et parlons de santé plutôt que de maladie, nous constatons que la HRV nous permet de commencer à quantifier l'antifragilité. Décomposons cela en facteurs physiologiques, émotionnels et cognitifs impliqués dans l'autorégulation.

Si nous sommes sympathiques (système nerveux autonome Combat/Fuite), nos vaisseaux sanguins se contractent pour détourner le sang du tractus gastro-intestinal et de la peau vers les muscles et les poumons. Notre rythme cardiaque augmente et nos pupilles se dilatent. Si nous sommes dominants parasympathiques, l’inverse se produit. Des changements correspondants dans le cerveau sont observés dans l'apparition de la noradrénaline et de l'acétylcholine pour l'activité sympathique et parasympathique respectivement. En un mot, c'est la physiologie.

Le cœur de l'autorégulation émotionnelle est d'apporter des réponses adaptées au contexte que nous vivons moment par moment. Il a été démontré que les individus avec des niveaux plus élevés de HRV au repos (par exemple pendant la nuit, sans aucun stress extérieur) produisent des réponses émotionnelles plus adaptées au contexte qu’ils vivent. Ici, nous commençons à voir comment cette métrique quantifie la flexibilité émotionnelle pour répondre à un large éventail d'environnements de manière appropriée.

Enfin, l'autorégulation cognitive fait référence aux fonctions exécutives telles que la mémoire de travail, l'attention, l'inhibition et la flexibilité. Les participants à l'étude avec des niveaux plus élevés de HRV ont obtenu de meilleurs résultats aux tests standards de la fonction exécutive.

En ce qui concerne le « Flow », nous savons que la HRV augmente dans les états de conscience augmenté (où tout est plus simple et fluide). Nous l'avons vu dans notre travail avec les pilotes de Formule 1 et nous le savons également ailleurs dans la littérature.

À l'heure actuelle, la HRV fournit une mise à jour en temps réel de la réponse au stress du corps. Au fil du temps, il fournit également une métrique pour le surentraînement. Il est simple de voir si quelqu'un surentraîne en examinant sa HRV- et de notre travail avec des personnes très performantes, nous savons qu'il a une forte tendance à se surentraîner !

Et le surentraînement est loin de cette trajectoire de croissance optimale insaisissable. Et avec le surentraînement, nous pourrions dire exagérer, avoir simplement trop à faire ou à faire sans être vraiment capable de gérer cela. La HRV diminue avec le temps jusqu'à ce que nous nous permettions de nous reposer et de récupérer. Dormez, connectez-vous à la nature, souriez et détendez-vous. Un esprit vide. Votre performance va augmenter à nouveau.

Donc, si vous souhaitez créer un tableau de bord pour votre propre trajectoire de croissance optimale, la HRV est un bon point de départ. Elle capture une grande partie de la complexité de ce seul muscle intégré qui est l’humain. C'est un test pour nous pour voir notre antifragilité.

La pratique de la Méthode Wim Hof avec expositions au froid, exercices de respiration et force mental permet d'augmenter la HRV dans des conditions non forcées!

Article inspiré de:

Conor B. Murphy: Chief Science Officer The Flow Research Collective

EXCLUSIF !

Recevez gratuitement un audio pour pratiquer la respiration Wim Hof chez vous!

Envoyé !

Erreur serveur


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.